L'histoire de mon jardin.........................................

 

Mon jardin a débuté en avril 1998, après avoir adhéré à une formidable association de jardin de Fréjus l'A.P.J.M. "Association des Parcs et Jardins Méditerranéens". Complètement néophyte, j'ai assisté au cours de jardinage organisé une fois par mois, Je me souviens que mon premier cours au Jardin Aurélien était basé sur le bouturage, je suis rentré à la maison avec une pleine brassée de branches et arrachis divers, mon amie Nicole Arboireau (la Présidente de l'association) en rigole encore. Le jour même, j'ai commencé mes premiers pots de boutures et quand on débute, le manque de matériel se fait cruellement sentir, donc certaines de ces boutures se sont retrouvées dans des pots de yaourt ou des fonds de bouteilles en plastique, et pendant quelques jours c'était la quête de tous les contenants possible. Entre-temps préparation du terrain et nettoyage du sous-bois de chênes verts, chênes-liège et arbousiers envahit de ronces et de  broussailles. Mon ami et voisin Patrick Carlès a pris les choses en mains et armé de roto-fil, tronçonneuse et barre-à-mine, nous avons commencé à nettoyer et structurer le terrain.

Ensuite création des chemins et des escaliers, renfort des restanques ou certains rochers faisaient plus de 500 kg, nous ne pouvions les déplacer qu'avec un tire-fort et en se servant de la pente du terrain pour les déplacer. Mais que faire de tous ces rochers dans le fond de ce jardin, l'idée fut trouvée, au lieu de creuser pour faire un bassin, nous nous en servirions pour faire les parois.

C'était une très bonne idée, une moins bonne fut de récupérer certains troncs d'arbres pour faire les marches, leur durée de vie ne dépasse pas les cinq ans et de temps en temps il faut prévoir leur remplacement. Premier été je bichonne mes boutures de printemps dont beaucoup ont réussies (80% au moins), je suis ravi (Nicole vous dirait, c'est la chance du débutant) il est vrai que par la suite les réussites n'étaient pas toujours au rendez-vous. Viens ensuite l'automne avec les premières plantations de rosiers et de végétaux plus volumineux pour structurer le jardin et catastrophe, les sangliers viennent en une nuit dévaster le travail de plusieurs mois.

Dès le lendemain achat du matériel et pose d'une clôture sur la périphérie du terrain. L'hiver approche qu'allons nous faire de tous ces godets et semis d'automne, mon ami Patrick avec une vieille structure de tonnelle, quelques tasseaux de bois et une bâche plastique me confectionne une serre à moindre frais et cela en quelques heures seulement, comme elle existe toujours à ce jour elle a largement  remplie sa mission, et a sauvé du gel nombre de plantes un peu frileuses.

Les autres années ont été moins physiques, heureusement et de succès en échecs, mon jardin a pris de l'ampleur et de la couleur. Mes boutures sont devenues des arbustes ou même des arbres, une branche de saule tortueux et une bouture d'eucalyptus font aujourd'hui plus de 6 mètres. Depuis un certain temps je visite nombre de jardins publics ou privés, il y en a des jolis, des luxueux et même des superbes, mais  le mien me plait beaucoup. Mon jardin est réalisé à 75% de boutures, d'échanges et de dons offerts par l'ensemble des adhérents de l'A.P.J.M. et je tiens ici à les en remercier chaleureusement.

 

 

Georges