Comme je suis un "jardinalus ignorantus" je ne vous ennuierai pas avec des techniques infuses, et des variétés extraordinaires, que je n'ai pas testé, mais tout simplement de ma jeune expérience dans le jardinage et les soins apportés à mes rosiers.

 

 

 

 

 

La classification des rosiers  
 

La plantation  
 

La taille  
 

Les maladies et parasites  
 

Où les trouver  

 

 


 

La classification.

Voici encore une plante que nous pouvons installer dans chaque coin du jardin, vous aurez le choix entre les miniatures, de taille inférieure à quarante centimètres avec de minuscules fleurs à privilégier pour les bordures, les potées et les jardinières, il existe peu de variétés.

Tout de suite après les Polyanthas nains qui font moins d'un mètre et qui font de ravissants buissons compacts à la floraison continue, là aussi très peu de variétés.

Ensuite les rosiers buissons, à grandes fleurs (entre soixante centimètres et un mètre de haut) ils sont très bien pour faire des bouquets, mais pour obtenir un effet de masse il est conseillé de les grouper par trois, et ceux à fleurs moyennes ou petites à fleurs groupées, pour égayer vos massifs.

 
 

 

Viennent maintenant les rosiers arbustes, vigoureux et à la forte végétation, leur hauteur dépasse facilement les deux mètres et peuvent être placés en arrière-plan de massifs, le long des clôtures, des murs ou des pergolas. Dans cette catégorie nous trouvons beaucoup de rosiers anciens. J'en possède quelques un, malheureusement issus de boutures et sans noms bien définis.

Maintenant les grimpants, la variété que j'ai le plus, car mon jardin en bordure de forêt, comporte de nombreux arbres            (chênes verts et chênes-liège) et j'aime couvrir leurs troncs de ces rosiers qui modifient le paysage au cours des saisons. Nous sommes (au moment ou j'écris ce texte) le 10 janvier 2005 et mon rosier "Mermaid" est encore en fleur, de belles fleurs à larges pétales d'un jaune souffre et à grosses étamines. Il illumine le bas de mon jardin et me fait croire que l'hiver est passé.

 

Dans les grimpants n'oublions pas les rosiers lianes qui eux montent à plus de dix mètres, les miens, "Albertine" belle couleur rose cuivré et très parfumé, "Albéric Barbier" grosses fleurs blanc crème parfum léger, "Paul's Himalayan Musk" le plus haut qui va m'obliger à changer d'échelle, car je suis arrivé au maximum, pour l'aider à se maintenir sur le tronc qui lui sert de support.

Il nous reste les rosiers tiges, les miniatures ou les pleureurs greffés sur une tige bien souvent d'un mètre de hauteur pour les deux premiers et un mètre à un mètre cinquante pour les rosiers pleureurs.

Et pour finir les rosiers rampants qui font entre trente et cinquante centimètres de haut et autant de large, là aussi quelques variétés seulement.

Nous avons fait le tour des différentes variétés de rosiers, alors lequel allez vous choisir? le rampant, le buisson, sur tiges ou en arbustes, rosiers anciens ou modernes et même sauvages, mon conseil, les choisir en fonction de votre région. Ma fille qui réside en Normandie en possède de superbes (chez moi ils sont chétifs et souvent malades) ils sont en fleurs les longs mois d'été, les nôtres fleurissent au printemps et en automne et sont en dormance tout l'été, on ne peut pas tout avoir n'est-ce pas?

 

 

La plantation.

Pour la plantation je prévois les emplacements longtemps à l'avance, car chez moi la terre est dure et avec de nombreuses pierres. Je patiente donc jusqu'aux premières grosses pluies et muni d'une barre à mine et d'une bonne bêche je prépare plusieurs trous d'environ cinquante centimètres en tous sens et je les laisse comme cela  jusqu'à la plantation. Quand je reçois mes rosiers je mélange la terre extraite du trou avec moitié sable et moitié de mon vieux compost fait avec des feuilles de chênes, du fumier de cheval et des épluchures, j'y ajoute une bonne poignée de corne broyée et une de sang desséché. Je mélange bien le tout et je réalise un dôme en fonction de la forme des racines, ceci pour éviter de les plier ou de les casser et d'y laisser des trous d'air. Ensuite je tasse correctement,  je creuse une large cuvette et j'arrose copieusement plusieurs fois.

 

 

 La taille.

Passons à la taille, alors là j'ai eu beaucoup de difficultés à comprendre comment mais surtout quand effectuer la taille de mes rosiers. Maintenant j'ai pris pour habitude de tailler mes rosiers à la fin février, juste avant que  reprenne la végétation. Et le reste de l'année je taille les fleurs fanées et les branches mortes ou disgracieuses. Une amie m'a conseillé de couper les fleurs fanées deux feuilles en dessous et depuis j'ai eu de bons résultats pour une seconde floraison.

Par contre une chose importante que je fais à l'automne, même si je ne taille pas vraiment, je prélève sur pratiquement tous mes rosiers (excepté les variétés protégées) deux ou trois tiges que je bouture dans un mélange de sable et de terreau, je laisse les pots dehors un peu à l'abri du vent et je laisse passer l'hiver, au printemps mes boutures sont prêtes à offrir ou à échanger. Je ne me sert plus d'hormone de bouturage et la réussite est au rendez-vous.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les maladies et les parasites.

Alors là c'est certainement les plantes de mon jardin qui ont le plus de maladies, je vous cite les plus courantes.

La maladie des taches noires ou "MARSSONINA Rosae" qui comme son nom l'indique est parsemé sur les feuilles de nombreuses taches noires en plus de l'esthétique qui en prend un coup, les feuilles se dessèchent et tombent à terre. Il est fortement recommandé de les ramasser au fur et à mesure pour éviter la propagation de la maladie.

Les pucerons qui colonisent les branches et provoquent la déformation et l'enroulement des feuilles. Bien souvent nous trouvons dans les parages une colonie de fourmis et c'est elles qui élèvent les pucerons pour récolter le miellat, ce liquide poisseux qui ensuite va favoriser l'apparition d'un champignon "la fumagine".

L'Oïdium qui recouvre le rosier d'un duvet blanc, et comme pour les taches noires, les feuilles se dessèchent et tombent.

La Rouille de temps en temps apparaît, mais je ne me plains pas trop, car comme les cochenilles que je trouve plus souvent sur mes lauriers rose, semblent depuis quelques temps me laisser tranquille.

 

 

Quelques bons spécialistes de roses avec un site web.

 

http://www.davidaustinroses.com/ (beaucoup de variétés + les rosiers Anglais )

http://www.rosesguillot.com/  (non, non ce n'est pas mon cousin!)

http://rosesdantan.cjb.net/

www.roseraie-de-berty.fr.st

 http://www.delbard.com/

http://www.jardin-sec.com/ (quelques rosiers pour terrains secs.)

http://www.rosesloubert.com/